En illustrant son propos de cas concrets rencontrés dans la vie professionnelle des juristes ou des avocats, Emmanuel Barthe nous livre un intéressant article sur la problématique du tout papier versus tout numérique. Car le papier a ses avantages que le numérique n'a pas, et inversément.

L'utilisation de l'un ou de l'autre est également une question de génération et si on travaille avec les deux formats, il faudra éviter les contenus en double, ce qui est parfois difficile. Rappelons que les éditeurs mettent en avant leurs plate-formes web payantes, souvent assez chers et sans garantie de stockage de l'information à long terme. Cependant, la recherche dans le contenu papier est plus lente et l'utilisateur a donc tout avantage a y voir associé une version numérique pour y faire une recherche plein-texte.

Mais tout un chacun sait qu'il est difficile de lire plus de quatre pages à l'écran, le confort de lecture reste un argument indéniable pour les défenseurs du papier. De même pour le prêt, qui reste beaucoup plus aisé avec le livre. Les conditions d'utilisation des licences d'abonnements numériques sont souvent contraignantes : pas de partage, pas de prêt. A l'heure actuelle, une seule conclusion s'impose : trouver un bon compromis entre les deux mondes.